mariage seychelles, voyages sur mesure, voyage de noces, séjour Seychelles, Oman, océan Indien, émirats, voyages de rêve

mariage seychelles Tentations Australes voyages sur mesure
< RETOUR

 

Emirats Arabes Unis


 

Les Emirats Arabes Unis sont, depuis 1971, une fédération de sept émirats :

·  Abu Dhabi

·  Dubaï

·  Shardja

·  Ajman

·  Umm al-Qaïwain

·  Ras al-Khaimah

·  Fujairah


Découvrez les articles concernant les Emirats Arabes Unis sur notre blog en cliquant sur l'image ci-dessous :

Politique

Les souverains des sept émirats sont rassemblés en un conseil suprême chargé d’élire tous les 5 ans, les dirigeants des Emirats.

Actuellement, le président des E.A.U est l’émir d’Abu Dhabi, le Cheikh Khalifa bin Zayed. Il y a un conseil des ministres composé de 21 membres issus des 7 émirats. Les ministres sont nommés par le Premier ministre qui est également le vice-président de la fédération : le Cheikh Mohammed, émir de Dubaï.

Les projets de lois et les lois fédérales, le budget annuel et les activités des ministres sont autant de questions abordées lors du Conseil national fédéral. Celui-ci est composé de 40 membres choisis par les cheikhs et représentant les émirats proportionnellement à leur population.

La Cour suprême fédérale et les tribunaux de première instance sont chargés de vérifier la conformité des lois fédérales par rapport à la Constitution mais aussi d’arbitrer les conflits entre émirats et ceux pouvant avoir lieu entre le gouvernement fédéral et l’un des émirats.


Géographie

Situés dans la péninsule arabique, entre le golfe persique et celui d’Oman, les Emirats Arabes Unis sont frontaliers du Sultanat d’Oman et de l’Arabie Saoudite. Ils sont bordés par deux mers : le golfe Arabo-Persique à l’ouest et le golfe d’Oman à l’est pour un total de 1 300 km de côtes. Ils bénéficient d’une situation géostratégique, au sud du détroit d’Ormuz : un lieu de passage incontournable pour le transport du pétrole. Leur territoire s’étend sur plus de 650 km sur la rive sud du Golfe Persique.

Leur superficie est de 83 600 km² dont 80% sont occupés par Abu Dhabi, l’émirat principal et la ville capitale des E.A.U.

Seulement 20% des 7,5 millions d’habitants des émirats (population estimée en 2010) sont d’origine émiratie, le reste est constitué de ressortissants asiatiques, africains et européens. Concernant la répartition de la population, plus des 2/3 des habitants vivent dans les émirats des Dubaï et Abu Dhabi. Le taux d’urbanisation est très élevé puisque 82% des habitants sont rassemblés dans les zones urbaines.

La totalité du territoire est désertique ou semi-désertique. On trouve au sud le désert du Rub al-Khali et les montagnes à l’est et au nord. Dans ce décor, on trouve quelques oasis notamment ceux de Manama ou d’Al-Aïn, qui permettent de maintenir une vie dans le désert. Au sud et à l’ouest, les sebkhas, bassins salins du bord de mer, occupent la côte à l’ouest d’Abu Dhabi.

Le climat, de type subtropical aride, se caractérise par une quasi-absence de pluie et des températures élevées. Deux saisons se distinguent :

· L’été, chaud et humide, pendant lequel les températures peuvent atteindre 40°C en journée pour ne descendre que faiblement la nuit. Les mois de juillet et août sont particulièrement extrêmes car le thermomètre peut grimper jusqu’à 50°C et l’atmosphère est presque insupportable. Pour se rafraîchir, il ne faut compter que sur les espaces super-climatisés car la température de la mer atteint les 37°C !

·  De novembre à mars, le climat est plus tempéré avec 24°C en moyenne la journée et des températures plus basses la nuit (jusqu’à 10°C dans le désert). La mer flirte avec les 21°C.

Les mois les plus agréables pour se rendre aux Emirats sont ceux d’intersaison : c’est-à-dire, en octobre-novembre et en mars-avril.

Les pluies sont très rares et peuvent tomber de décembre à mars. En mars et avril, peuvent surgir des tempêtes de sables qui n’ont qu’un effet limité sur la vie quotidienne et qui sont bien moins à craindre que la chaleur pendant les mois de juillet et août.

Faune

En raison de la présence d’habitats variés, les Emirats possèdent une diversité de plantes et d’animaux que l’on rencontre dans les hautes montagnes, dans le désert, dans les marais salants ou sur les nombreuses îles qui bordent la côte.

Léopards arabes, thar (capricorne) et caracals (lynx du désert) ont élu domicile dans les montagnes où l’on peut également apercevoir des gazelles arabes ainsi que des petits mammifères comme les lièvres, renards, hérissons, ou autres gerboise… Les chèvres et les dromadaires, domestiqués par l’homme, se déplacent plus librement.

On trouve aussi plus d’une cinquantaine d’espèces de serpents dont une majorité de lézards. La plupart des espèces sont inoffensives pour l’homme (boa, faux cobra, serpent des sables, serpent chat…) mais il en existe pourvues d’un venin redoutable qui peut s’avérer mortel en l’absence d’anti-venin (vipère des sables, vipère des pyramides et vipère tapis).

Les lézards, eux, sont plus inoffensifs. Le plus grand d’entre eux, le desert monitor, peut atteindre 1 mètre de long. D’autres variétés comme les poissons des sables ont la particularité de s’enfouir dans le sable à la moindre vibration. Encore plus adorables, les geckos ont des pattes dotées de ventouses qui leur donnent l’adhérence nécessaire pour grimper partout où ils le souhaitent.

Les oiseaux sont également très nombreux. Parmi les 410 espèces que l’on dénombre, on peut apercevoir des échassiers et des oiseaux aquatiques près d’Abu Dhabi sur les lacs ou dans les criques entre Ajman et Ras al-Khaimah.

Sous l’eau, une multitude de poissons de toute taille, des raies manta aux dauphins et baleines en passant par les tortues, les requins ou les marlins…


Flore

Difficile de dissocier le désert des dromadaires et les dromadaires des palmiers.

Depuis des siècles, le palmier dattier sert, pour différents usages, aux peuples du désert. D’abord, il est apprécié pour ses fruits, les dattes reconnues pour leurs vertus nutritives. Ensuite, son bois sert à la construction de bateaux et ses feuilles sont utilisées pour confectionner des paniers ou des matelas et entrent dans le processus d’édification des maisons.

Enfin, le palmier dattier est aussi apprécié pour son ombre protectrice.

Pour le reste, acacias, tamaris, eucalyptus, néfliers, bougainvilliers viennent orner les jardins.



Retour en haut de page


Abu Dhabi

Géographie

Abu Dhabi représente à lui seul 87% de la superficie des Emirats Arabes Unis soit 67 340 km². Cette surface est occupée à plus de 70% par le désert où s’étendent de grands espaces de dunes. Au sud et à l’est, les oasis de Liwa et d’Al-Aïn, rassemblent les populations depuis des milliers d’années grâce à leurs réserves d’eau souterraines.

Abu Dhabi, c’est aussi la mer avec 350 kms de côtes parsemées de plus de 200 îles. Le territoire de l’Emirat se divise en trois provinces :
·  Celle d’Abu Dhabi avec la capitale et les banlieues ainsi que la côte jusqu’à Dubaï
·  Celle d’Al Aïn avec le pic du Jebel Hafit, les palmeraies et le désert environnant qui jouxte la frontière omanaise
·  Celle d’Al Gharbia couvrant le sud et l’ouest de l’émirat (87% de la superficie totale) le long de la frontière saoudienne et qatari.

Abu Dhabi est l’émirat le plus riche : il totalise à lui seul 60% du PIB des Emirats parmi lesquels 36% sont issus du secteur des hydrocarbures. Il est troisième en termes de revenu par habitant après le Luxembourg et la Norvège.
Le gouvernement d’Abu Dhabi, même s’il investit massivement dans les hydrocarbures, commence à préparer l’après-pétrole en finançant un modèle de développement favorisant des domaines généralement complémentaires à ceux de Dubaï (acier, aluminium, aéronautique, micro-électronique, énergies renouvelables, tourisme haut de gamme.
Le PIB de l’émirat est parmi les plus élevés du monde : il a été estimé à 154 milliards de dollars en 2011 soit 94 000$ par habitant.
9% des réserves de pétrole mondiale et 5% des réserves de gaz se trouvent à Abu Dhabi.


La corniche d'Abu Dhabi

La ville d’Abu Dhabi

Alors qu’elle n’était qu’un bourg sous-développé jusque dans les années 1960 en raison des conditions climatiques qui y régnaient et du manque d’eau potable, Abu Dhabi a vu sa population considérablement augmenter durant la seconde moitié du XXème siècle.
La ville s'est développée en plusieurs quartiers principaux.
Celui de Corniche Road West avec ses beaux quartiers bordés par la six voies. Lorsque l’on s’y promène, on peut admirer l’Emirates Palace, les malls de Marina et de Khalidiya, la plage publique aménagée. Ce quartier est davantage résidentiel avec quelques rares tours et des voies majestueuses menant à des palais, des villas, des parcs fleuris et à la mer.
Le quartier du Centre est toujours nommé ainsi même s’il n’est plus tellement au centre de la ville. Alors, il convient de l’appeler ce qu’il représentait à l’époque du boom pétrolier : le cœur de la ville. C’est un quartier qui s’est développé à un rythme exponentiel avec une architecture à l’américaine faite d’immeuble puis de tours, de centres commerciaux. Mais, cette croissance rapide s’est accompagnée d’un engorgement concomitant et les trop nombreuses voitures y circulant ont préféré peu à peu s’installer à la périphérie du centre pour fuir les embouteillages et vivre dans des zones plus aérées.

Un projet visant à rendre sa fluidité routière au centre est en cours de réalisation. Hormis ces problèmes de circulation, le Centre est un quartier multiculturel : s’y croisent aussi bien des hommes d’affaires que des boutiquiers, des bouibouis et des familles du sous-continent indien.

The Bridges, comme son nom l’indique, est le quartier des ponts. Les trois principaux relient l’île d’Abu Dhabi au continent : il y a le pont Zayed, en forme de dune, le pont métallique Maqta et le pont Mussafah, en béton. C’est ici que vous trouverez la mosquée Cheikh Zayed.

L’île de Saadyat est située au large et fait face à la mangrove intérieure. Elle est, avec l’île de Yas, l’un des pôles de développement du nouvel Abu Dhabi. Saadyat est celle du développement culturel et des loisirs alors que Yas est celle du shopping et des distractions ludiques et sportives. Saadyat n’est pas très élevée. En fait, elle est plutôt un vaste tas de sable remodelé et entouré de canaux d’eau peu profonde. C’est ici que les futurs musées internationaux dont la conception est confiée aux plus grands architectes, seront concrétisés en 2013. Ainsi, Le Louvre (Jean Nouvel), le Guggenheim (Frank Gehry), le musée de la Mer (Tadao Andro) et le musée national Cheikh Zayed (Norman Foster) compteront bientôt parmi les plus grandes réalisations architecturales des émirats.
Le Louvre, Abu Dhabi par l'architecte Français Jean Nouvel

Ferrari World, Abu Dhabi

De Saadyat, on peut voir Sowwah, un futur centre boursier et bancaire, et Al Reem (La Sorbonne, immeubles résidentiels) qui sont deux îles en construction.
Autre projet à l’étude, celui d’une réserve naturelle entre sable et mangrove, celui d’une ville nouvelle pouvant accueillir 145 000 résidents.

L’île de Yas héberge une dizaine d’hôtels, une vingtaine de restaurants et de bars, un circuit automobile, le parc d’attraction Ferrari World, un golf, une marina et un mall de 400 boutiques.

Al Aïn

A la frontière avec le Sultanat d’Oman et au creux du désert, Al Aïn est la cité antique d’Abu Dhabi. Pour s’y rendre depuis la capitale, il faut rouler pendant deux heures le long de haies de palmiers, à travers le désert. C’est une autre vie que l’on observe ici, plus calme. D’ailleurs, la population qui est à 50% d’origine émirienne, travaille en partie dans la capitale et rejoint sa villa le temps d’un week-end. Le climat y est plus agréable que sur la côte et les multiples parcs et jardins sont autant de lieux propices à la détente.
Malgré le calme apparent, Al Aïn n’en demeure pas moins une ville dynamique. Cet oasis accueille un gigantesque campus universitaire de 14 000 étudiants dont 75% de filles et un pôle de technologies de l’aéronautique. C’est une ville riante, aérée et pleine de vie qui possède un riche passé historique et archéologique comme en témoignent les forts aux abords de la ville. De là, vous pourrez vous rendre au Jebel Hafit, le deuxième sommet des émirats ou alors visiter le Al Aïn Wildlife Park. Elle est idéale pour un séjour de repos et de découverte.


Oasis d'Al Ain

Le désert

Aux portes d’Abu Dhabi, le Rub al-Khali ou le quart vide, est un désert de la taille de la France et du Benelux.

La province d’Al Gharbia constitue 70% du territoire total des Emirats Arabes Unis mais ne rassemble que 10% de la population de l’émirat (160 000 personnes).
C’est ici que l’on trouve l’oasis de Liwa disposé en croissant sur 113 kilomètres. Vous pourrez parcourir la route des forts et des tours anciennes qui longe l’oasis.

Les îles et la côte

Le long de la côte, plus de 200 îles s’étendent dans le réseau lagunaire. Ces îles parmi lesquelles Sir Bani Yas, abritent des hôtels le plus souvent et sont aussi le sanctuaire d’animaux. Plus près de la frontière saoudienne, le Cap de Jebel Dhanna est un chantier géant traversé de routes mais vous y trouvez aussi la plage, la vue marine et la perspective sur Sir Bani Yas.


Retour en haut de page

Dubaï



Burj Dubai, la tour la plus haute du monde

Deuxième état par sa taille, après Abu Dhabi, l’émirat de Dubaï est occupé pour l’essentiel de la ville de Dubaï qui est, elle-même le premier port et la première ville des émirats.

Dubaï est la ville la plus connue des émirats, c’est aussi la plus courue et la plus fréquentée. Une course au modernisme effrénée, des projets ambitieux, un gigantisme omniprésent, tous ces éléments font de Dubaï une ville à la fois chic et branchée. Elle attire de nombreux expatriés qui viennent le plus souvent pour les affaires et qui apprécient la qualité de vie. Dans cette ville cosmopolite, se côtoient gigantesques centres commerciaux, luxueux hôtels, duty free, évènements sportifs et mondains mais aussi plages de sable fin, souks traditionnels, boutres permettant la traversée de la Creek (bras de mer entrant dans la ville).
Dubaï est constituée d’un centre-ville bâti de petits immeubles et de ruelles étroites au caractère arabe et de nouveaux quartiers qui s’étendent dans le désert le long de la côte avec les villes de Jebel Ali, Jumeirah, Bur Dubaï et Deira. Ce sont autour de la Creek que sont concentrés les quartiers les plus anciens à savoir Bur Dubaï au sud (tours à vents et bâtiments historiques) puis les souks et une intense vie commerçante au niveau de Port Rashid comme sur la Creek, elle-même.


Dubai Marina & The Palm

Plus au sud, de part et d’autre de la Sheikh Zayed Road, des quartiers plus récents et de nouvelles artères constituent un centre de vie et d’affaires.

En bord de mer, on trouve les secteurs de Jumeirah, avec la fameuse palme, et d’Umm Suqeim dans lesquels sont implantés une grande partie d’hôtels de séjour balnéaire.
En allant encore plus au sud, direction la zone franche de Jebel Ali, c’est le secteur d’Al-Sufouh où est située la marina de Dubaï et sa promenade aménagée de restaurants et de bars.


Burj Khalifa

Bur Dubaï

Il est le plus ancien et le plus riche historiquement. Il abrite le fort Al-Fahidi dans lequel se trouve le musée de Dubaï, juste derrière le vieux souk Al-Kabeer.

Aux environs, si l’on va en direction des bords de la Creek (bras de mer), on traverse les quartiers de Sindagha (celui des marins et de la pêche) et celui de Bastakiya. On peut observer le manège des dhows traversant la Creek et réserver un dîner dans d’autres dhow transformés en bateaux-croisière. Lorsque l’on longe la Creek vers le sud, on accède à Creek Park, une vaste étendue de pelouse aménagée de jeux et de matériel pour le pique-nique, le tout surplombé par un téléphérique panoramique.


Dubai Creek

Quartier de Deira

Deira

Il est le deuxième plus ancien quartier de la ville avec ses souks animés notamment l’insolite et stupéfiant souk de l’or, mais aussi, le vieux souk regorgeant de marchandises hétéroclites et enfin, le souk aux épices et ses allées odorantes. En allant vers le nord du quartier, il y a plusieurs haltes à faire pour visiter. Tout d’abord, le marché au poisson et la Maison du Pêcheur, puis la Maison du Patrimoine, Heritage House et enfin, Al-Ahmidiya School, la plus ancienne école de la ville.

Vers le sud, le long de la Creek, juste avant les docks à boutres et le pont Al-Maktoum, de nombreux immeubles plus ou moins modernes accueillent des hôtels et des bureaux. Une fois le pont passé, on parvient au Deira City Centre, paradis pour les amateurs de shopping, puis au Dubaï Creek Golf.
Si vous partez vers le nord-est du quartier, vous pourrez vous promener sur la Corniche qui longe la mer et voir la construction de la Palm Deira avant de parvenir au parc Al-Mamzar, un espace apprécié pour ses plages et ses aires de pique-nique.

Sheikh Zayed Road

En plus d’être l’artère principale de la ville et l’autoroute reliant Dubaï à Abu Dhabi, la Sheikh Zayed Road est aussi un quartier économique, commerçant, résidentiel et touristique important. Cette huit-voies débute au World Trade Center qui est le plus ancien building et court jusqu’à Abu Dhabi, en passant devant plusieurs grands hôtels, le Fairmont, le Crowne Plaza, l’Emirates Towers et le Dusit. A gauche, après le premier échangeur, la Burj Dubaï est le symbole de la ville, elle abrite le Dubaï Mall avec ses 1200 boutiques, un aquarium géant et une patinoire.
Si l’on continue jusqu’à l’échangeur 4 menant à Burj Al Arab, hôtel 7 étoiles en forme de voile de bateau qui semble être posé dur l’eau, d’autres bâtiments se profilent. Si vous repérez une enseigne Carrefour à côté d’un gros tube métallique légèrement aplati, il s’agit du célèbre Mall of the Emirates avec son hôtel Kempinski et sa piste de ski intérieure (dans le grand tube).

Encore plus loin, à droite, c’est la marina de Dubaï. La quarantaine d’immeubles qui la composent, dont la plupart sont encore en construction, forme un vaste complexe entouré de canaux artificiels d’eau de mer.
Enfin, avant de parvenir au désert, vous laisserez le Mall Ibn Battuta sur votre gauche et la zone commerciale et industrielle de Jebel Ali, sur votre droite.

Jumeirah et Umm Suqueim

Ce sont les deux quartiers les plus récents qui couvrent la zone allant de Port Rashid à Jebel Ali le long du littoral.
Entre ces deux quartiers, les plages et les hôtels de luxe se succèdent. Les autres bâtiments sont essentiellement des villas individuelles et des pavillons. On y trouve aussi le seul zoo de la ville.

Al Sufouh, Marsa Dubaï et les Palms

Connues du monde entier, les trois Palms de Dubaï sont des îles artificielles. Deux d’entre elles sont en forme de palmier et la troisième, The World représente un planisphère.

Dans ce quartier, vous trouverez aussi le Souk Madinat avec son architecture et son atmosphère rappelant celle des vieux souks. Il est très apprécié pour ses promenades, ses terrasses et ses restaurants.
Si l’on continue sur la route d’Al-Sufouh, on arrive à la marina avec les Dubaï Marina Towers et ses promenades aménagées de restaurants, de bars et d’une fontaine.

La zone sud-est

Ces quartiers sont majoritairement désertiques mais ils vont faire l’objet d’aménagements.
A l’est, la zone de Ras al-Khor est connue pour son étendue d’eau devenue réserve naturelle pour les oiseaux migrateurs. On peut y observer de loin des flamants roses.
S’y trouvent aussi les quartiers résidentiels de Mirdif, le Global Village, un quartier avec des pavillons représentant les pays du monde entier ainsi que des attractions et manèges, le Dragon Mart, un centre commercial en forme de dragon garni de produits « Made in China ».
Enfin, au sud, place aux chevaux avec l’hippodrome de Nad al-Sheba qui accueille chaque année la fameuse World Cup et le quartier d’Arabian Ranches comprenant un centre hippique et un vaste complexe résidentiel de villas identiques autour d’un plan d’eau artificiel.
Non loin de là, c’est la zone de Dubaïland qui est en devenir.  


Retour en haut de page

Sharjah


Des sept émirats, Sharjah est considéré comme le plus espiègle de par son histoire. En effet, il abrite les descendants de la famille régnante Qassimi du clan des Qawassim, des anciens pirates qui faisaient trembler les Britanniques en attaquant les navires sur la route des Indes.
Avant son ensablement et son déclin, le port de Sharjah était le plus prospère du Golfe. C’est lors de la découverte de réserves de gaz souterraines que l’émirat a connu une nouvelle dynamique encore appuyée par son adhésion à la Fédération des Emirats Arabes Unis.
Sharjah est aujourd’hui un émirat connu pour sa douceur de vivre. D’ailleurs de nombreux occidentaux travaillant à Dubaï choisissent de s’y installer en raison de cette qualité de vie mais aussi du prix des loyers qui est moins élevé qu’à Dubaï. Des anciens quartiers restaurés aux musées en passant par les événements culturels comme le Salon du Livre ou la Biennale des Peintres, Sharjah est la ville culturelle des Emirats. L’UNESCO l’a déclarée capitale culturelle du monde arabe en 1997. Cette ville qui préserve sa culture islamique est un peu plus rigide que Dubaï.

L’émirat de Sharjah s’étend sur 2 590 km² ce qui le place au troisième rang en termes de superficie. Rang qu’il conserve pour sa population (412 000 habitants) et sa vitalité économique (9% du PNB).
La majeure partie de son territoire est située sur la côte du golfe arabo-persique. Trois autres enclaves partagées avec l’émirat de Fujaïrah et situées sur la côte du golfe d’Oman contribuent à lui apporter une géographie plutôt variée qui évolue entre plages, îles, mangroves, montagnes, oasis et déserts.
Sa situation géographique lui permet de développer son activité économique grâce à son port où transitent les conteneurs en provenance de l’Océan Indien.
La ville en elle-même ne compte que 300 000 habitants pour une superficie de 70 km² donc la densité de population est très faible.

Concernant l’économie, Sharjah a mis en place une rigoureuse planification de développement commercial depuis les années 1970 en mettant à profit sa position géographique et la découverte de pétrole. Cela s’est traduit par la construction d’infrastructures modernes.
La structure économique de l’émirat témoigne d’une activité davantage basée sur le commerce que sur l’industrie puisque 93% des entreprises sont à caractère commercial.
L’ouverture de deux zones franches, l’une à l’aéroport international et l’autre à proximité du port a facilité l’expansion économique. Il faut savoir que Sharjah est le seul émirat à disposer d’un port sur chaque côte, à l’est et à l’ouest et à bénéficier d’une situation en dehors du détroit d’Ormuz.
Autre secteur d’activité non négligeable, l’agriculture, qui produit plus de 115 000 tonnes de fruits et légumes par an dans la région d’Al-Dhaïd.

A proximité de Sharjah, vous pouvez aller jusqu’à l’oasis d’Al-Dhaïd, au pied du massif Hajjar ou vous rendre sur la côte est, celle du Golfe d’Oman, et descendre vers la jolie baie de Khor Fakkan avec ses belles plages de sable, blanc la mangrove préservée et les eaux bleues de l’océan Indien


A ne pas manquer à Sharjah :

Visite des maisons anciennes transformées en musée
Musée des Arts contemporains arabes pour découvrir la peinture des artistes du Golfe
Souk Al-Arsah
Place Rolla
Mega Mall

La Biennale des peintres
Enclave de Khor Fakkan
Mangrove de Khor Kalba



Retour en haut de page


Ajman
Le plus petit des émirats, il est aussi le moins fréquenté comparativement à son voisin Dubaï. Moins moderne que les autres, il s’est développé sans pour autant renoncer à ses traditions. On peut y faire des balades, apprécier l’animation des chantiers navals, déguster du poisson grillé fraîchement pêché, piquer une tête sur les plages derrière la marina, se ressourcer dans les oasis, le désert et la montagne, à Al-Manama et à Masfout.

D’une superficie totale de 460 km² et 250 000 habitants, Ajman se divise en trois territoires. Le plus grand de ces territoires est enclavé dans l’émirat de Sharjah. C’est là que se trouve la capitale, la ville d’Ajman qui borde le golfe arabo-persique. Quant aux deux autres, ce sont de petits territoires, l’un situé au cœur du désert (Al-Manama) et l’autre (Masfout) est une oasis sur la route reliant Ajman aux émirats de Fujaïrah et de Sharjah.

Les revenus de l’émirat ne proviennent pas du pétrole car il n’en possède pas mais de la construction de bateaux (boutres, hors-bord, pétroliers,…) de l’audiovisuel, de la pêche, du marbre… Toutefois, Ajman bénéficie du reversement de la rente du pétrole répartie entre les émirats.

Ajman constitue la fin de la grande zone d’urbanisation s’étirant depuis Dubaï vers Sharjah. Elle est traversée par la Sheikh Rasheed Street desservant les principaux quartiers formant une presqu’île notamment ceux d’Al Owan et d’Al Bustan. La ville s’est développée près d’un bras de mer entrant à l’intérieur des terres. Il est intéressant de visiter les chantiers navals et le musée des Arts et Traditions qui se trouve dans un ancien fort, de se balader dans le souk traditionnel.

Retour en haut de page


Umm Al-Quwaïn

Loin du tumulte et des travaux de Dubaï et d’Abu Dhabi, l’émirat d’Umm Al-Quwaïn a préservé ses espaces naturels avec les mangroves et les colonies d’oiseaux, ses grandes plages de sable. C’est un peu comme si le temps s’était arrêté et que le boom pétrolier n’avait jamais existé.
L’émirat donne sur le golfe arabo-persique, au nord de Sharjah et Ajman, il s’étend à 50 kms à l’intérieur des terres jusqu’à l’oasis de Falaj al-Mualla. D’une superficie totale de 750 km², il est l’un des plus petits émirats.

Concernant l’architecture, on est loin des grands immeubles de Dubaï, l’urbanisme possède ici plutôt un visage humain et naturel et se construit à l’horizontale plus qu’à la verticale. Sur la pointe de la presqu’île, se trouve la vieille ville entourée de ses remparts. Edifiée sur une presqu’île, la ville concentre les services publics et privés et est reliée au reste des émirats par l’autoroute E11, un axe majeur.

Umm Al-Quwaïn abrite un écosystème unique sur sa presqu’île et sur les îles qui parsèment la crique et dont les rivages sont recouverts de mangrove.
Un arrière pays désertique, l’oasis de Fallaj Al-Mualla puis la zone littorale, voici en gros ce qu’est la géographie de l’émirat. Le littoral est fait de plages couvertes de mangrove et de criques parsemées d’îles et d’îlots. Le lagon abrite une faune exceptionnelle.

L’intérêt d’Umm Al-Quwaïn ou UAQ, comme le disent les émiratis réside surtout dans son caractère plus authentique, si l’on peut le nommer ainsi. Son mélange de culture arabe et indienne, la préservation des espaces naturels, la faune terrestre et sous-marine exceptionnelle en font un endroit qui a conservé son visage d’avant le pétrole à seulement 1 heure de Dubaï.

A ne pas manquer à Umm Al-Quwaïn :


-       Observation des oiseaux
-       Musée de la ville présentant l’histoire locale
-       La vieille ville
-       Le vieux mur d’Umm Al-Quwain (mur restauré barrant l’accès à la dernière partie de la presqu’île)
-       Aquarium
-       Chantiers navals
-       Ile d’Al-Dur et ses trésors archéologiques
-       Ile Al-Sinniyah, sa mangrove et ses oiseaux
-       Oasis de Falaj Al-Mualla


Retour en haut de page


 
Ras Al-Khaïmah

C’est l’émirat le plus au nord des sept. Il est partagé en deux territoires dont l’un court du massif du Hajjar jusqu’au littoral et l’autre, plus au sud, est situé au cœur du massif montagneux et descend jusqu’aux frontières d’Oman.
Des plages de sable blanc au désert et de l’eau de l’océan Indien aux montagnes, il n’y a qu’un pas. Cette incroyable variété de paysages fait de Ras Al-Khaïmah un lieu apprécié des amateurs de nature. Vous pourrez notamment apercevoir une espèce emblématique de la chaîne montagneuse : le caracal,  un genre de petit chat sauvage. Des tours du genre des safaris sont proposés pour aller à la rencontre de cette faune et cette flore particulières.

Les principales richesses de Ras al-Khaïmah sont tirées de l’agriculture avec la production notamment de dattes et d’huîtres ainsi que l’élevage de caprins et de chameaux. L’extraction d’or et de fer vient compléter ces ressources. Mais depuis quelques années, l’industrie connaît un fort développement caractérisé par la présence d’une aciérie, de cimenteries, de carrière de pierre calcaires. Ras al-Khaïmah est également connu pour ses produits en céramique pour le bâtiment, pour ses articles en verre (ARC International), ses vêtements, son expertise dans les emballages et pour les produits pharmaceutiques.

Par ailleurs, depuis quelques années, le tourisme est au cœur de la politique de développement économique de l’émirat. Une stratégie qui porte ses fruits puisque c’est la plus forte croissance dans le domaine touristique de tous les émirats.
Plusieurs complexes à la hauteur des Emirats Arabes Unis ont vu le jour à Ras Al-Khaïmah comme celui d’Al-Hamra, au sud de l’émirat, construit à proximité de l’ancien village d’Al-Jazeera-Al Hamra, qui est bâti de plus de 1500 résidences, d’un complexe hôtelier 5 étoiles, d’un golf, d’une marina et d’un espace commercial. Deux autres complexes, celui de Mina al-Arab et celui de Jebel Jais, moins récents offrent le même type d’infrastructures.


Retour en haut de page



Fujaïrah

Fujaïrah est situé du côté du golfe d’Oman. Son relief est plus montagneux, son environnement plus préservé : il y a notamment une réserve naturelle marine et les sites de plongée sous-marine sont très réputés.
L’émirat est encore peu fréquenté et ne dispose pas d’infrastructures hôtelières assez nombreuses mais le développement du tourisme est en marche.
Plutôt qu’une ville, Fujaïrah est un gros bourg qui s’étend le long de la côte. Elle possède de nombreux atouts tels qu’une vaste palmeraie, un long littoral de plage de sable blanc bordé par une eau à 30°C, une corniche en bord de mer où il fait bon flâner.
Avec seulement 100 000 habitants pour 1450 km² de superficie, Fujaïrah est enclavé dans le Sultanat d’Oman. Il est isolé des émirats d’Ajman, de Sharjah et de Ras al-Khaïmah par la chaîne des montagnes Hajjar.
L’émirat est divisé en deux parties reliées par la route côtière.

En ce qui concerne l’économie, comme Fujaïrah ne possède ni pétrole ni gaz, ce sont la pêche et l’agriculture qui dominent.


Retour en haut de page


blog tentations australes


Voyage Caraïbes
Voyage Anguilla
Mariage aux Seychelles
Voyage Îles Vierges
Voyage Océan Indien


Voyage Seychelles
Voyage île Maurice
Voyage La Réunion
Voyage Madagascar
Voyage Maldives


Voyager aux Seychelles
Voyage Oman
Mariage Seychelles
Voyage Emirats et Oman
Voyage Emirats
facebook tentations australes seychelles